Une connectivité restaurée au marais Langue-de-Terre

Le Comité ZIP du lac Saint-Pierre a reçu un financement de la Fondation de la Faune du Québec (FFQ) pour un projet de restauration de la connectivité au marais Langue-de-Terre situé dans la municipalité de Maskinongé.

Le marais Langue-de-Terre possède une superficie de plus de 47 hectares et est entouré par 30 hectares de marécage arboré. Il présente des habitats d’importance de bonne qualité pour la reproduction des espèces de fraie hâtive. En effet, la présence de 25 hectares de prairie humide, végétation idéale pour la reproduction d’espèces, comme la perchaude et le grand brochet en fait un marais d’intérêt.

Cependant, des interventions réalisées il y a plusieurs années ont contribué à réduire la connectivité dans ce milieu humide comme la construction de la route de la Langue-de-Terre qui a fragmentée le milieu et créée un obstacle pour la libre-circulation du poisson. La route ne permet aucun échange entre le marais et le cours d’eau Rivière du Bois Blanc qui termine sa course au lac Saint-Pierre.

Ce qui est problématique pour les poissons qui doivent circuler sur plus d’1,5 km vers l’est pour trouver le seul ponceau qui permet le passage vers l’embouchure du marais. Cet unique point de sortie provoque un effet de concentration pour les poissons qui se retrouvent à la merci des prédateurs qui attendent leur arrivée.

Pour restaurer la connectivité dans le secteur ouest du territoire ciblé entre le marais Langue-de-Terre et le lac Saint-Pierre, plusieurs travaux ont été effectués.

Deux ponceaux ont été installés pour la création de deux passages sous la route de la Langue-de-Terre pour permettre aux poissons d’emprunter plusieurs voies pour traverser et rejoindre leurs habitats de prédilection pour la reproduction.

De plus, deux sections du fossé adjacents à la route, connectées avec le marais et utilisées par les poissons, ont été nettoyées et ébranchées. Ce nettoyage facilite le passage des poissons et évite qu’ils soient coincés lors de la décrue.

Enfin, des semences d’herbacées furent épandues dans les zones mises à nue par les travaux ainsi que dans le fossé nettoyé afin de limiter l’érosion et le transport de sédiments.

Le Comité ZIP du lac Saint-Pierre s’engage à assurer un suivi sur 5 ans pour vérifier l’efficacité des aménagements réalisés.

À propos de la Fondation de la Faune du Québec :

La Fondation de la Faune du Québec a pour mission de promouvoir la conservation et la mise en valeur de la faune et de son habitat. Reconnue pour la force de son réseau de partenaires et son éthique irréprochable, la Fondation agit comme catalyseur de projets ayant des effets tangibles pour la protection et la mise en valeur des milieux naturels.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *