Le Comité ZIP du lac Saint-Pierre à l’affût !

Le Comité ZIP du lac Saint-Pierre (ZIPLSP) a reçu un financement du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs (MELCCFP). Ce financement a permis de poursuivre la prévention et le suivi de la châtaigne d’eau (plante exotique envahissante) au lac Saint-Pierre.

L’objectif de ce projet était la surveillance du lac Saint-Pierre et la mise en œuvre de mesures visant à prévenir, éliminer ou gérer la châtaigne d’eau afin d’assurer le maintien de la qualité des habitats des milieux humides et de la biodiversité.

Le lac Saint-Pierre et son archipel forment un lieu unique qui constitue l’un des piliers du patrimoine naturel du Québec. Il comprend d’ailleurs plus de 60% des milieux humides du fleuve Saint-Laurent.  Malheureusement, ces milieux naturels qui constituent des habitats essentiels pour la faune et la flore, subissent la pression constante des activités anthropiques qui contribuent à leur dégradation en plus de favoriser l’introduction d’espèces exotiques envahissantes. C’est à la suite d’une mention d’observation de châtaigne d’eau près de l’embouchure de la rivière Saint-François au cours de ces dernières années, que la communauté scientifique ainsi que le Comité ZIP du lac Saint-Pierre ont voulu établir si la châtaigne d’eau était présente au lac Saint-Pierre, dans ses baies et dans ses tributaires afin de prévenir une éventuelle infestation.

Un protocole d’inventaire a donc été mis en place en 2016 et un suivi annuel pour vérifier la présence de la châtaigne d’eau s’est amorcé afin de s’assurer que cette plante envahissante ne colonise pas le milieu.

Ce suivi s’est donc poursuivi en 2022 avec des sorties sur le lac Saint-Pierre et dans son archipel à bord d’un bateau à moteur en portant une attention particulière aux secteurs propices à l’implantation de la châtaigne d’eau. Nouveauté cette année, les secteurs qui étaient inaccessibles à pied ou par bateau ont été analysés à l’aide d’un drone relié à une tablette numérique avec une retransmission de l’image en temps réel.

Finalement, le suivi effectué en 2022 n’a pas décelé la présence de châtaigne d’eau sur le lac Saint-Pierre ou dans son archipel. Ce constat est rassurant, mais il est important de demeurer vigilant et de poursuivre les suivis annuels de même que la sensibilisation auprès de la population et des utilisateurs du lac Saint-Pierre. La prévention et la prise en charge rapide demeurent les meilleurs outils pour éviter d’être aux prises avec une problématique de plantes exotiques envahissantes.

La réalisation de ce projet a été possible grâce au soutien financier du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs (MELCCFP).

À propos du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs :

Le ministère de l’Environnement, de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs (MELCCFP) est un ministère du Québec qui a pour mission d’assurer la protection de l’Environnement et des écosystèmes naturels en vue de contribuer au bien-être des générations actuelles et futures.

Laisser un commentaire