Habitats et ressources naturelles Restauration et/ou création d'habitats fauniques (excluant le milieu agricole)

Mise en valeur du marais Saint-Eugène

Fiche technique : A3-10
Localisation : Trois-Rivières
Date d'ouverture : 11-06-2005
Mise à jour : 25-01-2019
Statut du projet : Réalisé
Rôle du Comité ZIP LSP : Promoteur / Partenaire

Problématique

Situé en zone urbaine, le marais Saint-Eugène est un milieu très fragile, mais aussi très convoité par la population régionale. Sa beauté, sa biodiversité, la présence d’espèces à statut précaire et son écosystème forestier exceptionnel justifient l’intérêt qu’il suscite. Toutefois, le passage répété et non contrôlé des utilisateurs, le piétinement des berges et le rejet des déchets exerçaient une pression importante sur cet écosystème exceptionnel. En plus d’être soumis aux perturbations d’origine anthropique, le marais subissait aussi les variations hydriques du fleuve Saint-Laurent. Lors des crues, le marais se gonflait et laissait entrer le poisson pour la période de fraie. Lorsque le niveau d’eau diminuait, ces derniers se retrouvaient alors prisonniers du marais qui s’asséchait graduellement. De plus, trois cours d’eau qui circulent à travers un développement domiciliaire, des terres agricoles, des terrains gazonnés ou des prairies humides en plus de contenir les eaux pluviales du secteur alimentent le marais. Leurs berges étant dénudées, l’eau qui entrait au marais était donc chargée en sédiments et en substances potentiellement polluantes. Ces apports contribuaient ainsi au comblement du marais et à la détérioration de la qualité de l’eau.

En 1994, certains citoyens ont démontré un intérêt pour la protection et la mise en valeur du marais Saint-Eugène. En association, ils ont élaboré un projet de mise en valeur du marais, projet qui toutefois a dû être abandonné. Néanmoins, certains groupes démontraient toujours un intérêt pour la réalisation de ce projet.

Description du projet

Afin de promouvoir la richesse du milieu et d’en faire la mise en valeur, le Comité ZIP a répertorié toute l’information existante et évalué le potentiel écotouristique de cette fenêtre sur le lac.

Le personnel du Comité ZIP du lac Saint-Pierre a fait une caractérisation complète du territoire afin d’établir les besoins et les problématiques du marais Saint-Eugène. Par la suite, les propriétaires du marais ont été rencontrés à trois reprises pour prendre en considération leurs inquiétudes et leurs attentes. De plus, un sondage a été effectué auprès des visiteurs, des propriétaires de résidence à proximité et des utilisateurs afin de connaitre leurs intérêts et leurs habitudes. Finalement, une table de concertation regroupant les personnes touchées directement par le projet, incluant le ministère de la Faune de la Mauricie et la ville de Trois-Rivières, a été créée afin d’établir un plan des aménagements destinés à promouvoir la richesse du milieu et à le mettre en valeur.

Avant d’entreprendre les travaux, des spécialistes de la faune ont aussi sillonné le territoire pour éviter toute perturbation non nécessaire au milieu et à la faune. De plus, un ingénieur a fourni des plans pour toutes les structures en tenant compte d’une amélioration faunique et usuelle.

Les travaux ont d’abord consisté à installer une structure de rétention à l’exutoire du marais afin de retenir l’eau nécessaire à la survie du marais. Le ponceau désuet et de trop petite dimension, sous le chemin Grandmont, a ensuite été remplacé par un ponceau de plus grande dimension et recentré sur le marais afin de permettre la libre circulation de l’eau et des poissons et équilibrer le niveau de l’eau pour l’ensemble du marais. Puisque les petits cours d’eau qui se jettent dans le marais étaient une source importante de sédiments, des bassins de sédimentation ont été mis en place en amont afin de réduire leur charge et améliorer la qualité de l’eau du marais. Des plantations ont aussi été réalisées afin de stabiliser les berges du marais. La plantation en bordure du chemin Grandmont a permis de former un corridor forestier et de stabiliser les berges. De façon générale, la plantation a permis de remettre le site dans un état plus naturel en effaçant les empreintes laissées par la machinerie. Enfin, l’installation de structures telles que des plates-formes d’observation munies de panneaux d’information et de sensibilisation ainsi que des poubelles contribuera à la protection du territoire en concentrant les déplacements, en réduisant le piétinement des berges (site de nidification reconnu de la tortue et de la faune aviaire) et en évitant la dispersion des déchets sur le site.

Partenaires impliqués

  • Ministère des Ressources naturelles et de la Faune;
  • Table de concertation;
  • Propriétaires;
  • Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport du Québec ;
  • Regroupement des herpétologistes;
  • Conférence régionale des élus de la Mauricie;
  • Fonds des travailleurs du Québec;
  • Coca-Cola;
  • Fonds mondial pour la nature (WWF);
  • Fonds pour l’environnement d’Hydro-Québec;
  • Fonds pour l’environnement Shell;
  • Ville de Trois-Rivières;
  • Fondation Trois-Rivières pour un développement durable;
  • Association des propriétaires et locataires de l’Île Saint-Eugène;
  • Regroupement QuébecOiseaux.

Coûts de réalisation

2005 : 35 654 $

2012 : 300 928 $

Échéancier de réalisation

1993

  • Concertation et investissement du Fonds de restauration de l’habitat du poisson.

1997

  • Inventaires et projet de mise en valeur.

2004

  • Nouvelle concertation avec le Comité ZIP.

2007

  • Présentation d’un premier concept d’aménagement par des étudiants de l’Université de Sherbrooke.

2010-2011

  • Mise à jour du concept d’aménagement faunique.

2012-2013

  • Mise en œuvre du projet.

Indicateurs d’atteinte de l’objectif

  • Acquisition de connaissance et portrait complet du territoire;
  • Meilleure circulation de l’eau et du poisson dans l’ensemble du marais;
  • Amélioration de la qualité de l’eau;
  • Diminution de la prolifération de plantes aquatiques qui subsistent en eau peu profonde;
  • Protection de l’habitat d’espèces à statut précaire;
  • Maintien de la biodiversité;
  • Protection d’un écosystème forestier exceptionnel (EFE);
  • Empreinte écologique des utilisateurs réduite;
  • Accès à un point de vue exceptionnel sur le marais pour la population.

Références

COMITÉ ZIP DU LAC SAINT-PIERRE. 2013. Mise en valeur du territoire et restauration du marais Saint-Eugène – Rapport des travaux. 38 p.

MINISTÈRE DES FORÊTS, DE LA FAUNE ET DES PARCS, 2014. Restauration du Marais Saint-Eugène, Suivi environnemental – année 1. 85 p.

Coordonnées
  • 30, chemin de la Grande-Carrière
  • Louiseville, QC, J5V 2J7
  • Téléphone : (819) 228-1384
  • Courriel : info@comiteziplsp.org
Logo du comité ZIP